Journée européenne des victimes : prévention et self-défense du 24/02/2020

C’était samedi à la salle des fêtes de la Chancellerie, à Bourges : Krav Maga Global 18 et le Service d’aide aux victimes de l’association le Relais ont renouvelé leur partenariat à l’occasion du 22 février, journée européenne des victimes.


C’était samedi à la salle des fêtes de la Chancellerie, à Bourges : Krav Maga Global 18 et le Service d’aide aux victimes de l’association le Relais ont renouvelé leur partenariat à l’occasion du 22 février, journée européenne des victimes.


Le matin, les participants ont été accueillis autour d’un petit déjeuner avant d’assister à une présentation d’information et de prévention.Le Service d’aide aux victimes et un officier de police judiciaire de la Police Nationale ont présenté les dispositifs légaux et associatifs existants pour les victimes d’infractions.
Le Service d’aide aux victimes a également présenté le soutien et l’accompagnement que l’association propose à toute personne s’estimant victime ou à son entourage.

Après avoir exposé les différents types d’infractions et les différentes juridictions de l’ordre judicaire français, les intervenant ont approfondi en expliquant les mécanismes et les différentes formes de la violence dans le cadre intrafamilial.

La présentation s’est terminée sur quelques informations sur la légitime défense et les conditions qu’elle requiert.

Les participants ont pu tester leurs connaissances avec des mises en situation.


Après le déjeuner, c’était l’heure de se dépenser !

Deux instructeurs de Krav Maga Global 18 ont travaillé ensemble à initier les 27 participants au self-défense.

Avec des mises en situation diverses, les participants ont pu apprendre à réagir face à la violence (vol de sac, étranglement, saisie par le bras ou encore baiser forcé...).

Le stage a aussi été l’occasion d’apprendre les bons réflexes à adopter face à une agression : maîtriser son environnement, vérifier ses blessures, se mettre en sécurité, appeler à l’aide...

Dans une atmosphère conviviale, tous les participants ont expérimenté les rôles d’agresseur et de victime.